Florie
Année:
1946
Auteur:
Colette
(1893 - 1954)
Artiste:
Louis Touchagues
(1893 - 1974)
Éditeur:
Éditions de la Joie de vivre

Deux récits de Colette écrits juste avant la Deuxième Guerre mondiale, dataient déjà de sept années, lorsqu'ils parurent pour la première fois. Le premier se déroule dans le monde que Colette connaissait si bien, de par sa propre expérience, le théâtre et la revue. Florie, depuis trente ans dans le métier, tombe amoureuse d'un jongleur beaucoup plus jeune qu'elle, mais c'est un amour qui ne pourra pas durer, non pas parce que le jeune homme ne répond pas à ses sentiments, car il le fait au contraire, non plus parce que la différence d'âge fait scandale, car on n'en fait pas une affaire. Le problème, c'est qu'il néglige son travail à cause de son amour. Le sens de la discipline, propre à Colette, se dégage de celui de Florie. Le travail passe avant tout, et Florie rompt avec son amant.

Colette, elle-même, travailla beaucoup durant toute sa vie. Si ce n'était pas, sur les instances de son premier époux, en écrivant une longue série de romans populaires sur la vie amoureuse de l'adolescente Claudine, c'était alors, après le divorce, en travaillant comme actrice. Elle se produisit même comme danseuse de pantomime dans la célèbre boîte de nuit, le Moulin Rouge, un spectacle qui, de par son comportement de lesbienne, lui attira des ennuis avec la police. Ses aventures lesbiennes étaient encore, en partie, le résultat de machinations de son époux, Henri Gauthier-Villars, appelé Willy, qui aimait observer ce genre de scènes. Colette se retrouva souvent mêlée à des situations provocantes et inhabituelles. Durant son deuxième mariage, avec Henri de Jouvenal, par exemple, elle prit Bertrand, le fils de celui-ci, comme amant. Une vie remplie de souvenirs, qu'elle nota plus tard, par ailleurs, d'une manière pas toujours crédible.

Sensualité et le vieillissement du corps

Colette a consigné, pour toujours, la sensualité des femmes et le vieillissement du corps. Le second récit, dans cette édition originale,raconte la rivalité entre deux femmes, les amies Clara et Antoinette, une seule d'entre elles pouvant en sortir gagnante. L'enjeu consiste à s'attirer les faveurs d'un homme; Antoinette triomphe et part en voyage, après quoi Clara s'ennuie. Qu'elle n'ait pas pu conquérir cet homme, cela est dénué d'importance, la perte de son amie la rendant profondément triste.

Florie fut publié en 1946, aux Éditions de la Joie de vivre. Dans sa correspondance de cette période, Colette ne s'y est jamais référée. Cette édition comporte dix eaux-fortes de Louis Touchagues, originaire de la région du Rhône, qui fit des études à Lyon, puis commença une formation de dessin à Paris. Il fit un stage auprès d'un architecte et apprit l'art de concevoir des décorations et des étoffes, ce qu'il devait faire, par la suite, pour nombre de pièces de théâtre et d'opéras. Il débuta comme illustrateur pour un salon initié par Gus Bofa, et il se concentra sur le livre de luxe et de demi-luxe. Son style se caractérisait par une certaine forme d'abstraction et par des contrastes en noir et blanc, inspirés par des artistes divers tels que Watteau, Fragonard et Toulouse Lautrec. Il fit également des portraits d'importantes personnalités parisiennes.

Pas d'admission

En 1948, Touchagues fut décoré de la Légion d'honneur, une distinction que Colette avait déjà reçue en 1920 (en 1953, elle en devint même 'grand officier'). Mais un autre honneur lui fut refusé. Bien qu'elle fût élue en 1945 à l'Académie Goncourt, dont elle devint présidente, et qu'elle entrât, en 1935, à l'Académie royale de Belgique, elle ne fut pas admise, en tant que femme, à l'Académie française. Il fallut attendre 1980, pour que la première femme, Marguerite Yourcenar, fût élue dans cette Compagnie. Tout comme Colette décrivit le processus de vieillissement des femmes, des photographes et dessinateurs suivirent sa propre évolution. Quiconque examine l'Album Pléiade, cette série iconographique inégalée de l'éditeur Gallimard, la voit se métamorphoser d'une brave petite fille en une femme séduisante, avec des fleurs dans ses cheveux relevés, et d'une bête de scène en tenue légère, en une 'grand old lady' au regard vif, sous une impressionnante coiffure pelucheuse.

Description bibliographique

Description: Florie / Colette ; eaux-fortes de Louis Touchagues. - Cap d'Antibes : Éditions de la Joie de vivre, 1946. - [55] p. : ill. ; 32 cm
Imprimeur: Audin (Lyon)
Tirage: 950 exemplaires
Exemplaire: No. 460 des 930 sur papier pur fil Johannot
Bibliographie: In liefde verzameld-201; Monod 3005
Cotation: Koopm A 578

Références bibliographiques

  • Colette: Oeuvres, IV. Paris, Gallimard, 2001. (Bibliothèque de la Pléiade; 481)
  • Hortense Dufour, Colette la vagabonde assise. Monaco, Rocher, 2000
  • Nicole Ferrier-Caverivière, Colette l’authentique. Paris, Presses Universitaires de France, 1997
  • Adele King, French women novelists: Defining a female style. Basingstoke, Macmillan, 1989
  • Claude Pichois, Vincenette Pichois, Album Colette. Paris, Gallimard, 1984

Page de titre
Page de titre

Page de titre

Gravure de Louis Touchagues (p. [9])
Gravure de Louis Touchagues (p. [9])

Gravure deLouis Touchagues (p. [9])

Page 11
Page 11

Page 11

Gravure de Louis Touchagues (p. [25])
Gravure de Louis Touchagues (p. [25])

GravuredeLouis Touchagues (p. [25])

Gravure de Louis Touchagues (p. [36])
Gravure de Louis Touchagues (p. [36])

Gravure deLouis Touchagues (p. [36])

Page 55
Page 55

Page 55

Colophon
Colophon

Colophon