La grande muraille
Année:
1991
Auteur:
Lu Xun
(1881 - 1936)
Artiste:
Shirley Sharoff
1936
Éditeur:
Sharoff

Shirley Sharoff est née à New York, vit à Paris depuis 1961 et a travaillé à Beijing pendant un an, en 1987-1988, en tant que professeur d'anglais auprès du Central Institute of Finance and Banking. C'est après ce séjour qu'elle a réalisé La grande muraille.

Shirley Sharoff, La grande muraille (1991)
Shirley Sharoff, La grande muraille (1991): dépliée

Shirley Sharoff, La grande muraille (1991)

Shirley Sharoff, La grande muraille (1991)
Shirley Sharoff, La grande muraille (1991): en cassette

Shirley Sharoff, La grande muraille (1991)

Shirley Sharoff, La grande muraille (1991)
Shirley Sharoff, La grande muraille (1991)

Shirley Sharoff, La grande muraille (1991)

Elle a travaillé en collaboration avec le typographe François Da Ros pour ce qui est de l'esthétique de La grande muraille. Des bandes de papier de différentes longueurs sont collées les unes aux autres, formant un ouvrage de presque sept mètres de long. Le papier de ce livre en accordéonn'est pas plié à la manière d'un harmonica, mais plié en spirale. Sharoff parle de 'forme en escargot'. Pour pouvoir lire le texte, il faut dérouler le livre. Mis tout droit, un mur de papier apparaît, qui – vu d'en haut – ressemble, d'après l'artiste, au labyrinthe de l'ancien Palais d'été (Yuan Ming Yuan) près de Beijing. Sharoff a pris le concept d'érosion comme point de départ de ce livre.

Calligraphie

Le papier d'Arches de cette édition est imprimé d'un motif presque abstrait, qui se base sur une écriture manuscrite, photocopiée plusieurs fois de suite jusqu'à devenir illisible. Ce motif constitué de minuscules caractères est également utilisé pour décorer la cassette. Cette édition contient un deuxième 'manuscrit', un texte de Lu Xun, qui a été calligraphié par Zhu Jie avant d'être reproduit.

Accusation

L'écrivain chinois Lu Xun s'est battu pour le renouveau de la littérature chinoise. Il a écrit un bref essai (1925/26), dénonçant le mode de pensée rigide et traditionnel de ses contemporains, qui, paradoxalement, se qualifiaient de 'modernes'. Ce texte traite non seulement de la véritable Grande Muraille, mais également de la muraille comme symbole des anciennes traditions de la Chine. Il est imprimé – sous la forme des idéogrammes de Zhu Jie – des deux côtés du livre en accordéon. Des traductions en anglais et en français ont été ajoutées au texte chinois: elles ont été composées avec les lettres du typeAthenaeum. Singulièrement, les traductions ne sont pas synchrones partout, ce qui donne un effet d'étrangeté et de contraste. En plus de l'essai de Lu Xun en trois langues, cette édition comprend également de courts textes en anglais écrits par les élèves chinois de Sharoff. Ce sont des fragments de notes autobiographiques traitant du manque de liberté et de la tradition, au sujet d'une enfance sans jouet par exemple, sur le fait d'avoir grandi sous Mao, sur la façon de voir les étrangers dans les livres et dans les émissions télévisées. Sharoff appelle ces textes personnels de nouvelles 'pierres'. Ces pierres semblent avoir été placées ici et là dans le mur, comme pour souligner la perte de solidité de la muraille et son caractère éphémère. (Elles rappellent également les ouvriers qui, selon la légende, auraient été emmurés dans le bâtiment.)
C'est sur ce mur qu'est calligraphié le texte contestataire de Lu Xun. Il appelait cette muraille, qui ne protège pas de l'envahisseur, une relique. Il avait l'impression qu'elle le rendait prisonnier, et s'opposait à sa restauration permanente : 'Quand donc cessera-t-on de renforcer la Grande Muraille par de nouvelles briques?'. Il vaudrait mieux laisser la muraille s'effriter…

Texture des pierres

La grande muraille comprend huit gravures sur cuivre de Shirley Sharoff. Celles-ci sont divisées en quatre ou cinq fragments. Leur texture reflète celle des pierres. Les quatre premières eaux-fortes sont imprimées en une couleur, successivement en bleu, terre cuite, marron et violet. La forme des gravures se base sur les portes d'accès à la Grande Muraille. Les quatre dernières sont polychromes, et combinent deux teintes, comme le violet et le marron par exemple. Sharoff a dit qu'il s'agissait de morceaux de muraille qui s'étaient effrités et qui avaient ensuite été réutilisés dans d'autres constructions. Sharoff montre tout d'abord la muraille comme un construction impérissable, puis comme un monument soumis à la dégradation. Ces eaux-fortes soutiennent ainsi le point de vue de Lu Xun.

Description bibliographique:

Description: La grande muraille = The great wall = Changchang / Lu Xun ; [8 gravures orig. de] Shirley Sharoff ; [version française réalisée par Michelle Loi ; texte de Lu Xun calligraphié par Zhu Jie]. – [Paris] : [Sharoff], 1991. – Livre en accordéon (35 folio's) ; 25×13 cm
Imprimeur: François Da Ros (texte)
René Tazé (cuivres)
Tirage: 85 exemplaires
Exemplaire: No. 13 des 75 sur Arches apprêté, sans suite
Caractère: Athenaeum
Relieur: Sous couverture en Altuglas dans un étui de Bernard Duval
Note: Paraphé par l'artiste.
On a joint le bon à paraître.
Bibliographie: Bénézit 12-732
Cotation: Koopm L 508

Références bibliographiques:

  • Paul van Capelleveen, Sophie Ham, Jordy Joubij, Voix et visions. La Collection Koopman et l'Art du Livre français. La Haye, Koninklijke Bibliotheek, Bibliothèque nationale des Pays-Bas; Zwolle, Waanders, 2009
  • Christophe Comentale, 'Shirley Sharoff, des livres à tenir debout et des estampes à voir assis', dans: Artet métiers du livre, 231 (2002), p. 58-63
  • Renée Riese Hubert & Judd. D. Hubert, The cutting edge of reading: Artist's books. New York, Granary Books, 1999
  • Jon Eugene von Kowallis, The lyrical Lu Xun: A study of his classical-style verse. Honolulu, University of Hawaii Press, 1996
  • Vera Schwarcz, 'A curse on the Great Wall: The problem of Enlightenment in Modern China', dans: Theory and society, 13 (1984), p. 445-470.
  • Françoise Séloron, 'Shirley Sharoff: L'art des signes urbains', in: Nouvelles de l'estampe, 202 (2005), p. 67-69
  • Shirley Sharoff, 'The Great Wall', dans: The book as art: Artists' books from the National Museum of Women in the Arts. New York, Princeton Architectural Press, 2007, p. 148-149
  • Shirley Sharoff, 'La Grande Muraille, Livre d'Artiste/The Great Wall, artist book', in: Livre/Poésie. Une histoire en pratique(s). Paris, Editions des Cendres, 2016, p. 161-166
  • Lu Xun, Silent China: Selected writings of Lu Xun. London, Oxford University Press, 1973