Le visionnaire
Année:
1950
Auteur:
Julien Green
(1900 - 1998)
Typografie:
Marcel Manequin
Artiste:
André Marchand
(1907 - 1997)
Éditeur:
Éditions du grenier à sel

La collection Koopman comprend la quasi-totalité des œuvres de Julien Green qui ont été publiées du vivant du collectionneur Louis Koopman (1887-1968). Le père de Julien Green, Edward Green, a quitté l'Amérique avec sa famille pour venir s'établir à Paris en 1897. C'est là que naquit Julien Green en 1900. Sa mère, originaire de Géorgie, garda toujours la nostalgie de son pays natal et parlait surtout anglais avec son fils. C'est probablement la source de tous les mondes imaginaires dans les œuvres de Green. Dans ses récits, les protagonistes rêvent souvent d'un monde inaccessible.

Rêve et réalité chez Green

C'est le cas du Visionnaire. Le personnage principal, Manuel, échappe à sa triste vie et à son amour vain pour sa jeune cousine Marie-Thérèse, en se réfugiant dans un monde imaginaire aux couleurs sombres. Le ton sombre et la fuite dans le rêve sont caractéristiques de l'univers de Julien Green. En outre, la religion joue un rôle important dans le récit. Marie-Thérèse, qui veut devenir religieuse, est attirée par le sacré jusqu'au moment où l'Eglise découvre que Manuel a tenté de séduire la jeune fille et dès lors elle mène la vie dure aux jeunes gens et à la mère de Marie-Thérèse.

Julien Green a grandi avec les histoires de la Bible que lui lisait sa mère, protestante; plus tard il se convertit au catholicisme. Durant toute sa vie il s'est débattu avec sa fascination pour la religion qui allait mal avec sa nature homosexuelle. Le thème de l'amour impossible, comme celui de Manuel dans Le visionnaire, est vraisemblablement basé sur cet élément.

Des portraits d’un artiste imaginatif

Marie-Thérèse est représentée de différentes manières. Les premiers portraits sont détaillés, avec un fort contraste entre les teintes claires et les teintes foncées. Plus loin dans le livre, on trouve des portraits qui semblent avoir été exécutés d'un seul trait. Il est possible que Marchand ait éprouvé le besoin aussi bien de rendre plus vivants ses personnages que de traduire leur état moral, ce qui aboutit à ces deux styles différents de portraits.

André Marchand se montre un contemporain des cubistes dans sa manière de rendre l'espace: il ne s'en tient pas aux règles de la perspective, ce qui donne un aspect irréel à ses espaces. Parallèlement, on trouve des illustrations abstraites dans lesquelles Marchand combine des lignes sinueuses et des diagonales juste esquissées, dans le cadre d’une figure géométrique simple comme le carré ou le cercle.

Initialement Marchand avait réalisé ses lithographies sur du papier calque mais déçu par le résultat, il les a refaites, en même temps qu'il produisait 27 nouvelles illustrations, cette fois directement sur la pierre. Il en est résulté d'épais traits de craie et des différences notables de texture. Les lithographies ont été imprimées sur la presse à main de Marcel Manequin.

Les lettrines rouges ont été conçues par Marchand et gravées sur bois par Gilbert Poillot. Elles ont été dessinées et, pour cette raison, de petites différences sont perceptibles: l'empattement à la base du P, page 25, diffère de celui du P, page 133 (on peut constater d’autres différences dans les divers J, pages 9, 75 et 136). On trouve aussi bien des lettres ornées dans un style abstrait que des lettres enjolivées d'un château, d'un œil ou d'un cimetière. Elles constituent une note colorée récurrente qui contraste avec le texte sombre.

Description bibliographique:

Description: Le visionnaire / Julien Green ; lithogr. originales et lettrines par André Marchand. - [Éd. nouv. / retouchée par l'auteur]. - Paris : Éditions du grenier à sel, 1950. - 321 p. : ill. ; 35 cm
Edition originale: 1934
Imprimeur: Bishop & Fils (typographie et lettrines); Marcel Manequin (lithographies)
Tirage: 186
Exemplaire: Numéro 68 de 186 sur Lana. Signé par l'artiste
Bibliographie: Monod-5678
Cotation: KW Koopm K 112

Références bibliographiques:

  • Annie Brudo, Rêve et fantastique chez Julien Green. Paris, PUF, 1995
  • Wolfgang Matz, Julien Green. Paris, Gallimard, 1998
  • Jacques Petit, 'Notice' in: Julien Green, Œuvres complètes; II Épaves. Paris, Gallimard, 1973, p. 1383-1423
  • W. J. Strachan, 'The book illustrations of André Marchand' in: Image; 6 (1951), p. 4-13
  • Jules-René Thomé, 'André Marchand' in : Le courrier graphique, 46 (1950), p. 17-24

Couverture de Julien Green, Le visionnaire (1950)
Couverture de Julien Green, Le visionnaire (1950)

Couverture de Julien Green, Le visionnaire (1950)

Page de titre et frontispice de Julien Green, Le visionnaire (1950)
Page de titre et frontispice de Julien Green, Le visionnaire (1950)

Page de titre et frontispice de Julien Green, Le visionnaire (1950)

Julien Green, Le visionnaire (1950) avec une lithographie d'André Marchand (p. 34-35)
Julien Green, Le visionnaire (1950) avec une lithographie d'André Marchand (p. 34-35)

Julien Green,Le visionnaire(1950) avec une lithographie d'André Marchand (p. 34-35)

Julien Green, Le visionnaire (1950): lithographie d'André Marchand (p. [239])
Julien Green, Le visionnaire (1950): lithographie d'André Marchand (p. [239])

Julien Green, Le visionnaire (1950): lithographie d'André Marchand (p. [239])

Julien Green, Le visionnaire (1950) (p. 25)
Julien Green, Le visionnaire (1950) (p. 25)

Julien Green, Le visionnaire (1950) (p. 25)

Julien Green, Le visionnaire (1950) avec une lithographie d'André Marchand (p. 132-133)
Julien Green, Le visionnaire (1950) avec une lithographie d'André Marchand (p. 132-133)

Julien Green,Le visionnaire(1950) avec une lithographie d'André Marchand (p. 132-133)