Lunes en papier
Année:
1921
Auteur:
André Malraux
(1901 - 1976)
Artiste:
Fernand Léger
(1881 - 1955)
Éditeur:
Éditions de la Galerie Simon

Très jeune, André Malraux voulait déjà devenir écrivain. A l'âge de dix-huit ans, il proposa ses services à René-Louis Doyon, qui était libraire et éditeur. Au mois de janvier 1920, il publia 'Des origines de la poésie cubiste' dans La connaissance, un magazine littéraire et philosophique fondé par Doyon. C'était un article foudroyant, dans lequel il qualifiait le symbolisme de 'mouvement littéraire sénile' et rendait un hommage ardent aux œuvres de Max Jacob, Pierre Reverdy et Blaise Cendrars, avec l'aplomb d'un critique littéraire expérimenté.

Couverture avec une gravure de Fernand Léger
Couverture avec une gravurede Fernand Léger

Couverture avec une gravurede Fernand Léger

Page de titre
Page de titre

Page de titre

Gravure de Fernand Léger (p. [11])
Gravure de Fernand Léger (p. [11])

Gravure de Fernand Léger (p. [11])

Gravure de Fernand Léger (p. [21])
Gravure de Fernand Léger (p. [21])

Gravure de Fernand Léger (p. [21])

Page 32 avec une gravure de Fernand Léger
Page 32 avec une gravure de Fernand Léger

Page 32 avec une gravure de Fernand Léger

Colophon, signé par André Malraux et Fernand Léger
Colophon, signé par André Malraux et Fernand Léger

Colophon, signé par André Malraux et Fernand Léger

Malraux était pris au sérieux en tant qu'écrivain, preuve en est le fait que son premier livre, Lunes en papier, a été publié en 1921 par le célèbre éditeur Kahnweiler, qui faisait également le commerce d'objets d'art et était le véritable propriétaire de la galerie et maison d'édition Simon.

Grâce aux relations de Max Jacob, Malraux s'était familiarisé avec le monde des Beaux-Arts. Il fit la connaissance de Daniel-Henry Kahnweiler (1884-1979), qui était originaire de Mannheim, et qui avait ouvert une petite galerie à Paris en 1907. Ce dernier s'était immédiatement rendu compte de l'importance de l'œuvre des artistes cubistes Picasso, Braque, Gris et Léger, que la presse décrivait comme 'des jeunes farceurs'. Leur travail n'était pas du tout apprécié: 'effroyablement laid et d'une prétention bouffonne'. Cependant grâce à Kahnweiler, ils pouvaient vendre leurs œuvres. Il les défendait contre la presse à scandales, permettant ainsi au cubisme de s'établir.

Kahnweiler, éditeur

Kahnweiler était non seulement marchand d'objets d'art, mais également éditeur. Entre 1909 et 1914, il publia quelques livres illustrés par André Derain et Picasso et écrits par Guillaume Apollinaire et Max Jacob. Ces derniers étaient des écrivains encore inconnus à l'époque qui, de l'avis de Kahnweiler, se servaient des mots de la même manière que les peintres cubistes de la peinture. Les activités de l'éditeur furent interrompues par la Première Guerre mondiale, période où il fut obligé de séjourner en Suisse. Comme il était de nationalité allemande, ses biens furent confisqués. Après la guerre, il réussit cependant à prendre un nouveau départ en utilisant le nom d'un ami proche, André Simon. Entre 1920 et 1940, les Editions de la Galerie Simon, installées au numéro 29 bis de la Rue D'Astorg, publièrent en édition de luxe un grand nombre d'ouvrages d'auteurs tels que Max Jacob, Raymond Radiguet, Erik Satie, Pierre Reverdy, Antonin Artaud et bien d'autres encore. Il va de soi que ces œuvres étaient illustrées par de célèbres artistes de la galerie de Kahnweiler.