Paris de nuit

Année:
1932
Auteur:
Paul Morand
(1888 - 1976)
Artiste:
Brassaï
(1899 - 1984)
Éditeur:
Arts et métiers graphiques

Brassaï est le pseudonyme de Guyla Halász, originaire de Transylvanie (région qui étaithongroise à sa naissance, et roumaine de nos jours). Brassaï signifie littéralement "de Brasso" (son village natal). Il décida d'utiliser ce pseudonyme en 1932, l'année de Paris de nuit. Il habitait depuis déjà huit ans à Paris, y écrivant des articles pour des revues allemandes et y rencontrant des photographes comme Atget et André Kertész. Il ne commença lui-même à photographier qu'en 1930, trouvant immédiatement son sujet, Paris.

En 1928, il emménagea dans un appartement, au coin de rue de la Glacière et du boulevard Auguste Blanqui, où habitait aussi Raymond Queneau. La nuit, il sortait avec Queneau ou d'autres 'hommes de nuit', comme Léon-Paul Fargue, Brassaï marchant généralement seul par les rues et ruelles désertes de la ville. Au cours d'une promenade, il ne pouvait prendre que 24 photos, la pile de plaques de verre s'avérant trop lourde au-delà de ce nombre.

Ses tournées nocturnes lui livrèrent une moisson de photos, considérées depuis comme des icônes de la photographie moderne. Elles furent publiées pour la première fois le 2 décembre 1932 par Arts et métiers graphiques, la maison d'édition de Charles Peignot. Il fut aussi le fondateur de la revue Arts en métiers graphiques (1927-1939), d'un tirage de 4000 exemplaires, dans laquelle paraissaient des articles sur le design, la typographie, l'illustration et la publicité. Des imprimeurs étaient également associés à la rédaction, entre autres Léon Pichon. Peignot fut directeur de la fonderie de caractères ('type foundry') Deberny et Peignot, et entretint des contacts avec l'Union des Artistes Modernes (Cocteau, Gide, Sonia Delaunay, Maximilien Vox …), et avec des créateurs d'affiches, tels que Cassandre.

La première recension de Paris de nuit parut dans un journal néerlandais, le Nieuwe Rotterdamsche Courant du 29 décembre 1932, et une édition anglaise du livre de photos fut publiéel'année suivante chez Batsford Gallery, à Londres, les photos étantégalement présentées en exposition. De nombreux livres de photos devaient se succéder, dont un livre, en 1960, présentant des photos de graffiti sur les murs de Paris, prises dès 1930. Ce n'est pas pour rien que Henry Miller le nomma 'l'œil de Paris', et que Jean Paulhan prétendit que Brassaï avait plus de deux yeux.

Description bibliographique

Description: Paris de nuit : 60 photos inédites de Brassaï / Paul Morand. - Paris : Arts et Métiers Graphiques, [1932]. - [12] p., 62 pl. : ill. ; 25 cm. - (Réalités)
Imprimeur: Draeger (Decembre 1932)
Bibliographie: Bénézit 2-751
Cotation: Koopm L 471

Références bibliographiques

  • Anne Baldassari, Brassaï, Picasso: Conversations avec la lumière. Paris,Réunion des musées nationaux, 1999
  • Brassaï. New York, The Museum of Modern Art, 1968
  • Brassaï. Paris, Centre Pompidou: Seuil, 2000
  • Paul van Capelleveen, Sophie Ham, Jordy Joubij, Voix et visions. La Collection Koopman et l'Art du Livre français. La Haye, Koninklijke Bibliotheek, Bibliothèque nationale des Pays-Bas; Zwolle, Waanders, 2009

Couverture
Couverture

Couverture

Photo 3: '...les toits de Paris...
Photo 3: '...les toits de Paris...

Photo 3: '...les toits de Paris...

Photo 6: 'La Gare Saint-Lazare vue de Pont de l'Europe'
Photo 6: 'La Gare Saint-Lazare vue de Pont de l'Europe'

Photo 6: 'La Gare Saint-Lazare vue de Pont de l'Europe'

Photo 11: 'La nuit et l'éclairage intérieur...'
Photo 11: 'La nuit et l'éclairage intérieur...'

Photo 11: 'La nuit et l'éclairage intérieur...'

Photo 48: 'Des terraces de l'Automobile Club, la Place de la Concorde...'
Photo 48: 'Des terraces de l'Automobile Club, la Place de la Concorde...'

Photo 48: 'Des terraces de l'Automobile Club, la Place de la Concorde...'