Sang et lumières

Année:
1962
Auteur:
Joseph Peyré
(1892 - 1968)
Artiste:
Hans Erni
1909
Éditeur:
Pierre de Tartas

La Collection Koopman possède la quasi-totalité des œuvres de Joseph Peyré, y compris trois cartes postales et une lettre de sa femme. Peyré a obtenu en 1935 le Prix Goncourt pour Sang et lumières, mais est ensuite tombé dans l'oubli. En 1962, Pierre de Tartas a réédité ce texte dans une édition de luxe, y compris des croquis énergiques et des lithographies originales de Hans Erni.

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): page de titre
Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): page de titre

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): page de titre

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): colophon
Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): colophon

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): colophon

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962) avec un dessin de Hans Erni (p. 34-35)
Joseph Peyré, Sang et lumières (1962) avec des dessins de Hans Erni (p. 34-35)

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962) avec des dessins de Hans Erni (p. 34-35)

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962) avec un dessin de Hans Erni (p. 72)
Joseph Peyré, Sang et lumières (1962) avce un dessin de Hans Erni (p. 72)

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962) avce un dessin de Hans Erni (p. 72)

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): lithographie de Hans Erni
Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): lithographie de Hans Erni

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): lithographie de Hans Erni

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): la deuxième lithographie de la suite des planches refusées par Hans Erni
Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): la deuxième lithographie de la suite des planches refusées par Hans Erni

Joseph Peyré, Sang et lumières (1962): la deuxième lithographie de la suite des planches refusées par Hans Erni

L'editeur Pierre de Tartas

On ne sait pas précisément quand Pierre de Tartas a commencé Sang et lumières. Ce qui est sûr, c’est qu'il a effectué une sélection parmi les 322 pages de l'original. Encouragé par Sacha Guitry, Tartas avait fondé en 1947 sa propre maison d'édition, commençant en tant qu'imprimeur sur une vieille presse à bras. Il travaillait de préférence en étroite collaboration avec des artistes figuratifs tels que Raoul Dufy, Kees van Dongen, Foujita et Erni. Ceux-ci étaient des familiers du Moulin de Vauboyen, son lieu de résidence et de travail. Situé à Bièvres, le Moulin faisait fonction de centre culturel et artistique, et des écrivains tels que Jean Giono y ont également séjourné.

Jean Giono et la tauromachie

Joseph Peyré, bien moins célèbre que Jean Giono, fit connaissance avec la tauromachie lors de son séjour en Espagne, où il avait été envoyé en 1934 en tant que journaliste par le quotidien L'Excelsior. En un rien de temps, il incorpora ses impressions à Sang et lumières. Peyré n'était d'ailleurs pas né très loin des combats de taureaux. Il avait grandit à Aydie, à proximité du Pays Basque français, qui constitue avec le désert et la corrida le principal thème de ses récits passionnés: Sang et lumières est la description de la lutte palpitante et sanglante entre le taureau et Manuel, le matador.

Croquis énergiques de Hans Erni

Le muraliste, écrivain, sculpteur et lithographe suisse Hans Erni avait une prédilection pour le personnage mythique du Minotaure, le mi-homme et mi-taureaude la Grèce antique. Il a réalisé plus d'une centaine de livres d'artiste depuis 1935, et a enrichi le récit de Peyré de croquis qui suggérent les mouvements impétueux des taureaux. Cependant, les têtes de taureaux d'Erni ont toutes un regard doux, presque humain. Selon lui, ce n'est pas le matador, mais au contraire l'animal qui possède les qualités de courage et de volonté, alors que c'est à la fureur que l'on associe en général le taureau.

Erni est le fils d'un mécanicien originaire de Lucerne. A Paris, il a découvert les œuvres abstraites de Picasso, Arp, Mondrian, Brancusi et Kandinsky. Son œuvre est fortement influencée par ces derniers, mais cela n'est pas le cas des livres, qu'il a illustrés de manière figurative.La lithographie supplémentaire représente le moment suprême d’une corrida: les regards tendus du taureau, du matador et du public féminin tiennent dans un seul cadre. La perspective en profil et les lignes dynamiques font parfois songer aux dessins de Cocteau et de Bellmer. Dans les premiers travaux d'Erni, on peut encore trouver quelques traces de l'influence de Picasso et de Dali. Par contre, les dessins et les lithographies originales réalisées pour Sang et lumière n'ont pas de caractère surréaliste et leurs lignes sont plus grossières et plus sauvages. Sur la cassette rouge sang une main est représentée, tendue pour attraper la queue d'un taureau. Une fois la boite ouverte, on découvre une couverture blanche: le tirage en relief d'un taureau, deux lances plantées dans le dos.

Description bibliographique:

Description: Sang et lumières / [lignes de Joseph Peyré ; ill. de dessins en noir et de cinq lithographies orig. en couleurs de Hans Erni]. – [Bièvres] : [Pierre de Tartas], 1962 .- 84 p. : ill. ; 40 cm
Imprimeur: R. Michel (texte) ; R. Guillard et Moulin de Vauboyen (lithographies)
Tirage: 263
Exemplaire: No. 86 des 90 sur papier Auvergne à la main, comportant une suite des planches refusées sur Japon Impérial et deux doubles planches en couleurs sur grand vélin de Rives. Signé par l'éditeur et l'artiste
Bibliographie: Bénézit 5-162 ; Johnson 10-465; Monod 9051 ; Saur Allgemeines Künstler-Lexikon 34-437
Cotation: KW KOOPM E 39

Références bibliographiques:

  • Carl J. Burckhardt, Hans Erni. Zürich, Scheidegger, 1964
  • Carl J. Burckhardt, Hans Erni. [S.l.], Editions Rencontre, 1970
  • Hans Erni, Hans Erni, Kunstwerk Buch. Solothurn, Zentralbibliothek Solothurn, 1982